Palazzo Magdalena : Un palais pour ma Venise

Unboxing d’un pack de décor Table Top Scenics de TTCombat : Du carton et du bois MDF découpé au laser…

A l’occasion d’une commande de socles transparents (ceux de TT Combat sont plus épais que les autres et font bien plus cossus), pour obtenir le franco de port, j’ai commandé en plus quelques maisons en MDF découpé au laser pour voir quel effet cela ferait pour mon projet de Venise Modulaire.

Le soubassement et son escalier d’accès à l’étage noble

L’avantage de ces décors, c’est qu’ils sont faciles à monter avec de la colle à bois, peu cher (environ 15£ pour ce modèle sauf si comme moi vous vous faites rattraper par la douane – merci le brexit !) et très adapté au jeu avec figurines (marches d’escalier larges, ouvertures surdimensionnées, toits peu pentus, et étages empilables).

L’entrée et son porche à arcades

J’imagine qu’avec un peu de peinture et quelques ‘améliorations’ (j’en ai vu qui rajoutent des tuiles faites dans du carton) ou des éléments de mobiliers imprimés en 3D et le tour est joué.

L’étage et sa terrasse surplombant les rues

Seul problème : pour que la modèle soit adapté au jeu avec figurines, il est un peu surdimensionné, ce qui fait qu’il n’est pas tout à fait à l’échelle des dalles de la Venise modulaire. Celui-ci fait une base de 16 x 19 cm, ce qui déborde un peu de ma trame de 10 x 10 cm. Mais je pense que le désavantage est minime. Je ferai un essai lorsque j’aurais fabriqué quelques dalles…

Vision d’ensemble de la façade noble et de la façade arrière

Pour conclure, un très bon produit au niveau qualité / prix qui peut facilement concurrencer des bâtiments imprimés en 3D, certainement plus détaillés, mais peut-être moins pratiques… Mais surtout plus rapide à obtenir !

Venise Modulaire : Le temps du colmatage

La dalle avec les éléments imprimés en 3D juste collés

L’automne est de retour et avec lui il est temps de colmater la première dalle de la Venise modulaire. Le but est de créer un “fondu” des différentes pièces d’impression 3D entre elles de façon qu’après peinture la dalle apparaisse d’un seul bloc. Ne pas oublier de mettre son tablier car le pastis est en vue (en marseillais : la pagaille, la tâche)

De l’enduit de rebouchage et du doigté pour colmater les interstices entres les pièces.
Un fois la sous-couche noire apposée, on n’y voit plus que du feu….

Meubles 3D : Le laboratoire du savant fou

Les paillasses du laboratoire, avec ou sans bordel dessus…

Je complète l’impression 3D des stretchs goal du kickstarter “28mm Modular Sci-fi Buildings and Scenery” de Hayland Terrains. Il m’en reste encore une bonne série à imprimer (48 fichiers). Je suis dessus depuis maintenant un bon moment mais il y avait une quantité astronomique d’éléments mobilier à imprimer : plus de 300 fichiers. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais pledgé à l’époque, me rendant pas bien compte du temps qu’il faudrait pour tout sortir…

Des serveurs informatiques, des mappemondes virtuelles et des plans en hologramme et des fauteuils de savant fou…

J’ai par ailleurs commencé à peindre ces éléments mobiliers en attendant de pouvoir les utiliser en jeu. J’ai commencé par les mobiliers fantasy, étant le setting le plus utilisé. C’est sûr que le laboratoire Sci-fi viendra bien après le mobilier de la taverne médiévale, dans l’ordre de priorité de peinture. Je vous montrerais ça bientôt…

Sans oublier les générateurs pour alimenter tout ça en électricité…

Venise Modulaire : Un mois d’impression plus tard…

Première dalle complètement revêtue de textures en impression 3D.

L’imprimante 3D a tourné tout le mois pour produire les 41 éléments qui font le revêtement de la dalle représentant une placette entourée de rues et bordée de quais. Vous pouvez la voir ci-dessus toute collée et en cours de masticage avant la mise en peinture. L’idée c’est qu’il y ait un peu de relief pour que l’on discerne bien les composants (voirie, trottoir, mur de quais, bouches d’égout), mais sans être trop marqué pour que l’on puisse les ranger facilement en empilement, y poser dessus des bâtiments qui peuvent “mordre” sur les voiries, et être un peu “intemporelle” pour être utilisable aussi bien en fantasy, en contemporain, qu’en SF (Quoi de plus proche de Venise que Naboo ?)

Première étape du collage : Les murs de quai. En trois partie, il a fallut biseauter les bords pour que le raccord ne se voit pas trop.
Essai de mise en place des revêtements de sol. Finalement j’ai changé de modèle pour la rue en utilisant les modèles concus par Devon Jones trouvés sur Thingiverse (ce gars a modélisé un tas d’éléments architecturaux géniaux) qui ont l’avantage de comporter une rigole centrale et des avaloirs et des bouches d’égout.
Positionnement des différentes tuiles de voirie avant collage.
Essai de collage avec superposition trottoirs / Rue / Quais. Un masticage sera nécessaire pour compler les espaces entre les divers éléments sur la tranche.
Le dalle toute collée, avant masticage.

Venise Modulaire : Qui ne change pas d’avis ?

Essai de mur de quai en impression 3D d’après le modèle de murets Clorehaven par Printable Scenery

Bon, alors, finalement, j’ai fait quelques essais avec des impressions 3D et j’avoue que le rendu est tellement sympa que je pense que je vais changer d’idée pour réaliser le revêtement de surface des dalles. Si vous vous rappelez l’article précédent, je comptais graver les pavés directement dans le polystyrène. Mais finalement, je pense que je vais plutôt coller dessus des tuiles imprimées en 3D, au risque d’être peut-être plus répétitif.

Essai de positionnement des trottoirs dérivés des modèles de rue en ruine de Shadowfey par Printable Scenery

Mais je pourrais toujours apporter des modifications à la green stuff sur les impressions 3D, rajouter ici des flaques de boue, des bouches d’égoût, et surtout masquer les raccords des différentes tuiles plastiques. Le rendu semble prometteur, bien qu’il faille environ 1 heure d’impression pour sortir chaque pièce.

Essai de contraste entre trottoirs et rues dérivées d’un modèle de rue de Clorehaven par Printable Scenery

Pour info, l’impression complète de la dalle de placette devrait utiliser 12 éléments pour les quais, 5 éléments pour les trottoirs (je compte les 4 petits angles pour un seul en temps d’impression), 8 éléments pour la place centrale et 36 éléments pour les rues. Ce qui nous fait un total de 61 éléments donc environ 60 heures d’impression ! Plus d’une semaine à temps plein ! Mais quand on aime, on ne compte pas…

Venise modulaire : De la théorie à la pratique

Maintenant que nous avons des plans pour les différents modules, il faut passer à la pratique et envisager comment réaliser les dalles modulaires. Pour ce qui est du matériaux, je pense faire des tuiles relativement légères avec une base de médium 3mm d’épaisseur découpé à 30 x 30 cm. Pour donner l’épaisseur nécessaire aux quais, je vais utiliser des plaques de polystyrène extrudé de 3 cm d’épaisseur.

C’est léger et facile à découper. Autre avantage, on peut facilement y graver des pavés en utilisant un petit outil fabriqué avec la virole d’un pinceau découpé. Cela donne un aspect qui est moins régulier qu’une impression 3D et une fois peint cela donne un résultat sympathique comme dans ce tuto de la chaine Scale Modelling Dasboat. Impressionnant ? non ?

Une fois la texture des pavés appliqués, il ne restera plus qu’à le mettre en peinture pour obtenir un résultat satisfaisant. Première étape, dessiner un schéma de texture à l’échelle 1 pour se rendre compte de ce que cela pourrait donner. En alternant les gravures dans un sens et dans un autre, on peut faire ressortir les trottoirs par rapport à la voie, malgré que cela resterait sur le même plan. J’ai donc pris mon crayon et fait des essais sur la plaque de médium (ce qui n’est pas le plus intelligent, car le dessin sera recouvert ensuite par le polystyrène collé dessus).

L’idée de faire des plaques d’égout est venue de la marque laissée par les serres joints sur la première plaque que j’ai collé (voir la première image). Un autre problème c’est les flans de la plaque de polystyrène qui, lorsqu’elle est découpée au cutter, portent des marques d’arrachement qui du coup, rendent impossible la gravure des pierres sur le côté des dalles, censés représenter les murs des canaux. (cf ci-dessous)

Du coup, j’ai eu l’idée de laisser une engravure de 5 mm dans laquelle je pourrais coller un morceau de polystyrène découpée en tranche émincée présentant le côté lisse du polystyrène sur le dessus. Ainsi, je pourrais graver les flancs comme le dessus de la dalle.

Je n’ai pas encore décidé si je fais les trottoir en surépaisseur par rapport à la voie, soit avec du polystyrène de 2 ou 3 mm ou bien avec des impressions 3D de faible épaisseur collé par dessus. D’ailleurs, j’envisage aussi d’essayer de coller des impressions 3D de murs en pierre sur les flancs à la place du polystyrène. Ce sera la prochaine étape sur le prototype avant de commencer la production des autres dalles. A suivre…

28 : Webzine en mm

Page d’accueil de 28

Voila un webzine qui aurait aussi pu s’appeler 32 pour la taille des figurines auquel il est principalement consacré. La précision du titre ne représente que mal l’éclectisme des sujets abordés, même s’ils sont tous en lien de plus ou moins près avec le monde de la figurine. Pour apprécier, juste au sommaire du premier numéro (28.1 ?) : des essais, des focus sur le travail d’un artiste, des interviews, du contexte (fluff) original, des tutos, des dioramas, des conversions, de la sculpture, du weathering, de la peinture, de la peinture et encore de la peinture, sur figurine, mais aussi sur toile ou autres supports.

Pages 68 et 71 du n°2 de 28

De quoi en prendre plein les mirettes sur près de 150 pages à chaque numéro. Et pour compenser le fait que c’est dans la langue de Shakespeare, le tout est en téléchargement gratuit (ici). Trois numéros sont déjà parus, mais il ne m’en a pas fallut plus de deux pour devenir accro. En fait dès que j’ai vu une image d’un tuto qui pourrait fort bien illustrer ce sur quoi je veux aboutir avec mon projet de Venise Modulaire (ci-dessous)…

Pages 42-43 du n°2 de 28

La plupart des articles sont en lien avec les figurines de Games Workshop, que ce soit pour AOS ou 40 K, et c’est bien là un des points qui pourraient être développé par les rédacteurs de 28 : l’ouverture sur d’autres types de figurines et de jeu. Mais ne boudons pas notre plaisir et j’ai juste hâte que paraisse le n°28 de 28…

Guild Ball : Terrain Pack

Unboxing de la boîte Masons & Brewers Terrain Pack pour Guild Ball de SFG

Voila l’unboxing d’une extension qui n’est clairement pas indispensable, mais bon. La subtilité de SFG, c’est de mettre dans la boite de base Coup d’Envoi, deux équipes (les maçons et les brasseurs), le plateau de jeu et des punchs pour représenter les éléments de terrain. Puis de sortir une extension pour remplacer ces punchs par des éléments de décor en 3D, qui clairement auraient pu être incorporés dans la boite de base…

Par la suite, chaque extension dans laquelle se trouve une équipe comporte aussi le but, le terrain et le ballon de la faction. Ce qui fait de cette extension une exception par rapport aux autres et clairement un add-on qui aurait dû être dans la boite de base.

Je vous laisse admirer les pièces sorties de la boite, qui peuvent toujours être utilisées comme accessoires pour meubler une table d’un autre jeu.

Impression 3D : Le temps des choses simples

Mobilier SF du Kickstarter 28mm Modular Sci-fi Buildings & Scenery de Hayland Terrain

Ces derniers jours, l’imprimante 3D a un peu tourné et j’ai continué d’imprimer les éléments de ce Kickstarter sur lequel j’ai pledgé il y a maintenant plus de 3 ans (septembre 2017). J’ai bientôt terminé car j’en suis aux stretch goals (dont cet ensemble de meubles pour quartiers d’équipage).

Comme quoi, avant de pledger sur un kickstarter de fichiers STL en se disant : “Wouah ! J’ai plein de fichiers pour 40 £”, il faut aussi se dire “mais ça va me prendre 3 ans avant de tout imprimer”. Cela permet de relativiser et de se retenir un peu avant de cliquer. Enfin, en théorie !

Pour autant, je suis bien content d’avoir pris le temps de les imprimer, car l’autre danger du fichier STL, c’est que quand on les a achetés, on les stocke sur son disque dur et on les oublie. Du coup, le fait de les imprimer systématiquement, cela permet de les avoir sous la main immédiatement si nécessaire pour jouer. Par contre cela nécessite ensuite de les stocker (pour cela vider des boites de Ferrero Rocher et de glaces la Laitière. C’est pas le plus difficile) et de les peindre… Encore 3 ans ?

Puzzle 3D : Pose des premiers vitraux

Façade de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, Puzzle 3D de chez Revell

Je ne résiste pas à partager la pose des premiers vitraux de la cathédrale. Car celle-ci dispose d’une planche imprimée sur du film transparent pour mettre en évidence un élément essentiel dans une cathédrale : la lumière filtrant à travers les vitraux. C’est plutôt réussit et du coup, je me demande s’il ne faut pas pousser le bouchon à mettre en place de l’éclairage à l’intérieur de la bâtisse.

En tout cas, je pense que ceux qui ont conçu le modèle réduit n’ont jamais été des spécialistes du phasage des travaux grandeur nature. Qui plus est, sans échafaudages…