Carnevale : une venise modulaire

Table de jeu de Carnevale par TT Combat

Quand j’ai commencé à acheter des figurines du jeu Carnevale de chez TT Combat, je suis tombé sur cette image (ci-dessus). Et mon sang n’a fait qu’un tour avant que je me dise : “il faut que tu fasses pareil”. Et puis mon sang a fait un deuxième tour et je me suis dit : “Non, tu peux faire mieux”. Et c’est là qu’est né le projet de faire une table de jeux de figurine comportant plusieurs hauteurs (rues et canaux) et surtout de la faire modulaire pour que l’on puisse configurer la table de plein de façons différentes tout en utilisant un nombre de “dalles” réduites.

Je me suis donc dit : “prend des dalles de 30 x 30 cm”. C’est divisible par 2,5 cm (1 pouce) et donc adaptable à plein de jeux d’escarmouche de Carnavale à Infinity en passant par Kill Team ou autre. On peut ainsi avec 10 dalles faire des tables de 90 x 90 ou de 60 x 60 ou de 60 x 120. Ce que je voulais aussi, c’est que ce soit compact pour être empilable et stocké dans un minimum d’espace.

Ces dalles comporteraient donc une partie “rue” qui serait surélevée de 3 à 4 cm (l’épaisseur d’une planche d’isolation en polystyrène extrudé) par rapport au côté “canal”. Le but, c’est que l’épaisseur totale ne dépasse pas 5 cm. Les bâtiments, ponts et autres éléments de décor seront rapportés sur ces dalles selon la configuration voulue du terrain.

Je me suis donc mis à concevoir la configuration idéale de chaque dalle pour avoir des espaces aussi diversifiés que possible en restant sur une base de 10 dalles. J’ai donc commencé par recouper chaque dalle en 9 (3×3) carrés de 10 cm de côté et j’ai décidé de faire un petit schéma sur Excel pour visualiser ce que cela pourrait donner en faisant un placement aléatoire de 9 dalles en carré.

Le schéma ci-dessous montre les types de dalles (en bleu ce sont les canaux) et leur position selon la rotation de la dalle. Puis avec un tirage aléatoire de 9 dalles dans chaque position. J’en suis venu à choisir la seconde série de dalles qui donne pour moi un résultat plus proche d’une ville avec des canaux mais avec quand même des placettes pour des affrontements plus larges. Je me suis inspiré grandement pour le second set du set de tuiles que propose TT Combat en guise de plateau de jeu. Il semble qu’ils aient bien pensé leur coup.

Les deux premières séries de dalles (early concept)

Ensuite venait le problème du raccordement des dalles entre elles. Si les canaux ne posent pas trop de problème, le niveau des rues, lui, se compose de trois éléments qui ne se raccordent pas forcément entre eux : les rues, les trottoirs et les emplacements de bâtiments.

Pour ce qui est des emplacements de bâtiments, j’ai pour l’instant éludé le problème en me disant que de toute façon la base du bâtiment viendrait recouvrir le trottoir ou la rue et ne poserait pas de gros problème esthétique, l’attention étant surtout mise sur le bâtiment et non sur sa base.

Par contre pour les rues, il me fallait les structurer pour qu’elles puissent être continues d’une dalle à l’autre quelque soit la dalle voisine et leur position relative. J’ai donc poussé mon schéma de modularité un pas plus loin en esquissant la position des rues. Ci-dessous, vous voyez le résultat : en bleu : les canaux, en gris foncé : les rues, en blanc : les trottoirs et places. J’ai ensuite repris les dispositions précédentes et les ai meublées avec des bâtiments (en gris-vert), des ponts (en gris clair).

Enfin, je me suis dit que je ne pouvais pas découper les carrés de 10 x 10 cm en 3 comme je l’avais fait ci-dessus, mais en 4 pour avoir des espaces calés sur des trames de 2,5 cm, soit 1 pouce. Les rues feront donc 5 cm de large et les trottoirs 2,5 cm, ce qui semble plus harmonieux. Pour finalisé, je me suis dit que je pouvais meubler aussi les canaux avec des pontons de 2,5 cm de large pour pouvoir jouer aussi sur ces éléments de décor et amener du foisonnement et du chaos dans l’agencement du décor.

Légende : Bleu clair = Canaux ; Blanc = Trottoirs ; Gris-clair = rues ; Gris foncé = Ponts ; marron clair = Batiments ; marron foncé = pontons

Voilà. C’est un peut touffu comme explication, mais je voulais pas faire un roman non plus. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire, je tâcherais d’apporter des précisions. Et maintenant en route pour la nouvelle étape : comment réaliser tout cela…

3D Puzzle : Notre-Dame de Paris

Le Père Noël m’a apporté un nouveau projet : entre diorama et maquette, ce puzzle 3D va me propulser définitivement dans le cercle très fermé des bâtisseurs de cathédrale. Après avoir participé, à l’échelle une, à la rénovation de l’intérieur de l’ancienne cathédrale d’Alès, je m’attaque à celle de Paris, mais à une échelle bien moindre (échelle d’ailleurs non spécifiée sur la boite…)

C’est mon premier Puzzle 3D, terme qui désigne apparemment une maquette constituée de carton prédécoupé (comme des punch boards de jeux de plateaux), assemblé sans colle et ne nécessitant pas de peinture puisque imprimé sur les deux faces. Le set se compose de 20 planches qui regroupent 293 pièces pour une durée de montage de 12 h selon la boite. Nous verrons…