Venise Modulaire : La fin de la Première Dalle

La première dalle complètement finie. C’est aussi la plus facile car celle qui n’a pas de canal et donc de résine pour simuler la présence d’eau.

Voila venir la concrétisation d’une idée de dalles modulaires (Le premier concept est ici) pour constituer la base d’un décor de type vénitien (rues pavés et canaux) qui pourront ensuite supporter différents types de jeux de figurines fantasy bien sûr, mais aussi Sci-Fi et Fantastique. J’envisage déjà les parties de Carnevale, de Malifaux, ou d’Infinity qui pourront s’y dérouler, quand ce sera terminé, c’est-à-dire d’ici quelques années.

Revenons à la sous-couche, état dans lequel elle était à la suite du colmatage
D’abord les premières couches en faisant varier les teintes entre rue, trottoir et murs de quai de façon à conserver un certain contraste
Ensuite on casse l’uniformité des teintes en rajoutant des pointes d’autres couleurs, figurant des couleurs de pierres différentes de nuances grises, verdâtre ou marron.
On ajoute les petits détails, touffes d’herbes, cailloux, salissures qui donneront de la vie aux rues.
Un peu de résine époxy dans les caniveaux pour simuler la présence d’eau près des avaloirs d’égout. En séchant elle devient plus transparente.

X-Wing : Tapis pour le Tantive

Le Tantive IV aux prises avec une escadrille de TIE menée par l’infâme Soontir Fel près de la nébuleuse de la tête de Bantha.

Ce qui manque le plus à la nouvelle mouture de X-Wing, le jeu de FFG de bataille spatiales dans l’univers de Star Wars, c’est les missions. La V2 s’est en effet orienté sur le jeu compétitif pour satisfaire les amateurs de tournois et a délaissé le côté narratif qui existant dans la V1 à travers les missions qui accompagnaient chaque extension.

Sans le tapis, ça a quand même moins de gueule…

Plus d’une vingtaine de missions au total, offrant toutes des objectifs différentes de la classique escarmouche de tournoi. Et qui plus est certaines grosses extensions comme celle du Tantive IV, proposaient des mini-campagnes de 3 ou 4 missions qui s’enchaînent avec un impact de l’une à l’autre suivant la réussite ou l’échec.

Position de départ pour une bataille épique.

Voila la raison essentielle pour laquelle j’en suis resté à la V1 de cet excellent jeu, ne trouvant aucun intérêt dans le simple affrontement de deux groupes optimisés pour le combat, mais préférant jouer toutes mes figurines dans des contextes plus proches du JdR.

Et pour renforcer l’immersion, quoi de mieux qu’un tapis étoilé pour servir de décor à la mission. Vu les prix des tapis en néoprène officiels (40 €), j’ai opté pour une photo Hubble de la nébuleuse de la tête de cheval sur laquelle j’ai traçé la délimitation des zones de jeu 90 cm et 120 cm. Une impression sur le traceur du magasin de reprographie en bas de chez moi et je m’en tire pour 20 Euros, avec un tapis de jeu personnalisé plus grand que le 90 x 90 cm officiel. Le tour est joué !

Palazzo Valteria : Encore plus grand !

Vues avant et arrière du Palazzo Valteria de TT Combat

Deuxième maquette en MDF de chez TT Combat : le Palazzo Valteria. Plus gros encore que la première (le Palazzo Magdalena), il est richement décoré de modénatures en cartons qui viennent donner du relief aux façades. Pour seulement 26£ vous avez un gros bâtiment qui peut vous évitez de longues heures d’impression 3D et fait le plus bel effet, même non peint.

On commence par le dallage et les soubassements
Le Rez-de-Chaussée terminé.
La pose des éléments ‘fins’ qui sont prédécoupés dans du carton. Ici les grilles des fenêtres
Et là les modénatures des tableaux de fenêtres
Des petites “jalousies” sont à rajouter en façade pour pouvoir jouir de la vue sur la rue sans être vu.

Carmen : Tout le monde sur le pont

Maintenant que la coque est finie, et avant de monter les mâts, il faut installer l’accastillage de pont. Les kiosques et les écoutilles qui donnent accès à la cale et aux cabines, les râteliers à cabillots autour des mâts et les bittes du mât de beaupré et autres trucs aux noms exotiques.

La base des kiosques est montée en bois brut
On les recouvre ensuite d’un placage en bois coloré qui sera ensuite vernis
Après avoir mis les bordure en bois blanc, il faut percer les hublots pour y fixer les rivets
Les râteliers à cabillots. Après avoir explosé les languettes de bois en essayant de les percer, j’ai abandonné l’idée d’insérer à l’intérieur les cabillots.
Les trucs en T s’appellent des taquets de tournage, et les machins en U s’appellent des guides, quant à la poulie derrière, ils appellent cela une moufle.
Devant le kiosque, on a la cheminée de la cambuse, et entre les râteliers à cabillots et la bitte du mât de beaupré, on a le cabestan.
On finit par la mise en place des ancres suspendues aux bossoirs

Palazzo Magdalena : Un palais pour ma Venise

Unboxing d’un pack de décor Table Top Scenics de TTCombat : Du carton et du bois MDF découpé au laser…

A l’occasion d’une commande de socles transparents (ceux de TT Combat sont plus épais que les autres et font bien plus cossus), pour obtenir le franco de port, j’ai commandé en plus quelques maisons en MDF découpé au laser pour voir quel effet cela ferait pour mon projet de Venise Modulaire.

Le soubassement et son escalier d’accès à l’étage noble

L’avantage de ces décors, c’est qu’ils sont faciles à monter avec de la colle à bois, peu cher (environ 15£ pour ce modèle sauf si comme moi vous vous faites rattraper par la douane – merci le brexit !) et très adapté au jeu avec figurines (marches d’escalier larges, ouvertures surdimensionnées, toits peu pentus, et étages empilables).

L’entrée et son porche à arcades

J’imagine qu’avec un peu de peinture et quelques ‘améliorations’ (j’en ai vu qui rajoutent des tuiles faites dans du carton) ou des éléments de mobiliers imprimés en 3D et le tour est joué.

L’étage et sa terrasse surplombant les rues

Seul problème : pour que la modèle soit adapté au jeu avec figurines, il est un peu surdimensionné, ce qui fait qu’il n’est pas tout à fait à l’échelle des dalles de la Venise modulaire. Celui-ci fait une base de 16 x 19 cm, ce qui déborde un peu de ma trame de 10 x 10 cm. Mais je pense que le désavantage est minime. Je ferai un essai lorsque j’aurais fabriqué quelques dalles…

Vision d’ensemble de la façade noble et de la façade arrière

Pour conclure, un très bon produit au niveau qualité / prix qui peut facilement concurrencer des bâtiments imprimés en 3D, certainement plus détaillés, mais peut-être moins pratiques… Mais surtout plus rapide à obtenir !

Venise Modulaire : Le temps du colmatage

La dalle avec les éléments imprimés en 3D juste collés

L’automne est de retour et avec lui il est temps de colmater la première dalle de la Venise modulaire. Le but est de créer un “fondu” des différentes pièces d’impression 3D entre elles de façon qu’après peinture la dalle apparaisse d’un seul bloc. Ne pas oublier de mettre son tablier car le pastis est en vue (en marseillais : la pagaille, la tâche)

De l’enduit de rebouchage et du doigté pour colmater les interstices entres les pièces.
Un fois la sous-couche noire apposée, on n’y voit plus que du feu….

Hot & Dangerous : Georgette traverse le Delaware

Washington Crossing the Delaware (1851), par Emanuel LeutzeMetropolitan Museum of ArtNew York.

Laissez moi vous présenter, sous ce titre pour le moins évocateur, la saison 2 de la gamme de figurine des Polonais de Wargamer Games Studio connue sous le nom de “Hot and Dangerous“. Cette société, plutôt versée dans le wargame historique avec son jeu “By Fire and Sword” a décidé d’arrondir ses fins de mois sur Kickstarter en faisant une gamme de figurine de pinups mises en scène dans un contexte historique.

Vous reconnaissez Georgette , accompagnée de Daria, la mélophore perse et Helène la spartiate

Et grand bien leur en a pris, car bien que ce soit des figurines métal multipart, au montage pour le moins délicat, cette gamme figure parmi mes préférées. J’avais déjà fait le pledge de la Saison 1 et avait découvert la gamme avec délectation. Entre temps j’ai aussi pris un pledge complet de leur jeu renaissance intitulé “Anno Domini 1666” en version plastique cette fois. Qui n’a jamais rêvé d’avoir une figurine de Mme de Montespan ?

Voilà, le montage fait, je vous laisse en compagnie de toutes ces dames qui allient deux de mes passions : L’histoire et les fi… gurines…

Puzzle 3D : Notre-Dame Terminée !

Voila ! Notre-Dame est enfin terminée et trône au-dessus de la vitrine Star Wars… Pas de mélange des genres me direz vous… La force est en toute chose vous répondrais-je.

Je vous laisse admirer ci-dessous les intérieurs de la cathédrale qui s’ouvre en deux pour le bonheur de nos mirettes. J’avais le projet au départ de mettre des LED pour illuminer les vitraux de l’intérieur, mais c’est remis aux calendes grecques pour des raison de flemmingite aigue.

En tout cas, j’ai passé un bon moment à faire cette maquette (ou puzzle 3D, comme ils disent) qui, sans nécessiter de colle ni de peinture, est fort agréable à monter et d’un niveau de complexité suffisant pour prendre du plaisir à réaliser une maquette qui fait ensuite bon effet une fois terminée et n’a pas le côté “carton-pâte” de certaine maquettes papier que j’ai déjà pu voir.

Et le prochain qui me dit : “faut cramer la flèche pour coller à la réalité”, il sort !

Laelith : Nostalgie quand tu nous tiens…

Une fois déballée, la totalité du colis représente une masse de documents inégalée. Et encore, j’ai pas tout pris…

Avec un peu de retard, je vous présente le gros colis reçu (enfin !) de Black Book Editions, concernant le projet Laelith. Gros pledge nostalgie mais qui s’avère en fin de compte plus novateur que je ne l’aurais cru. En effet, le parti pris n’est pas seulement de rééditer le Laelith original mais de le faire évoluer du même laps de temps qui nous sépare de sa première parution (environ 30 ans, ça nous rajeunit pas !). On retrouve donc pas mal des éléments majeurs de Laelith, mais aussi des nouveautés : Un nouveau Roi-Dieu, un projet de rénovation de la terrasse du châtiment, un nouveau pont, une nouvelle politique étrangère…

Le plan de la Cité Sainte : Imprimé sur papier et sur tissu pour faire un joli rideau de douche…

Autre élément intéressant : La ville est présentée débarrassée de tout éléments de règles qui ne vient pas perturber la lecture. A cet effet, un livre à part intitulé “règles” présente les stats des PNJ principaux et autres points de règles (D&D5 pardon, Héros et Dragons, et Chroniques oubliées). C’est d’autant mieux que je pense faire jouer avec mes propres règles, plus adaptées à un environnement de survie urbaine.

Je suis en train de dépouiller tous cela, dans l’espoir d’y faire jouer en mode “aventures urbaines” ou bien de l’adapter pour Seeds of War dont je vous ai déjà parlé sur ce blog. L’idée serait de jouer les dirigeants des provinces du Lac dans leur lutte pour s’émanciper de la Cité Sainte ou bien d’y prendre le pouvoir. Le Roi-Dieu et les Temples seraient donc les adversaires des joueurs… Bon je prévois plusieurs années de préparation…

Pour l’instant je fais juste la liste des lieux (154), personnages (258) et organisations (59) cités dans le fluff. Et j’en suis qu’à la page 128 du premier livre… Courage !

MythExplorer IV : Le seigneur des pinups

Les elfes du seigneur des anneaux avec Galadriel en mode pinup…

Ce kickstarter racoleur des espagnols de RN Estudio mettait en avant quelques sages figurines proxy du seigneur des anneaux pour inciter à prendre en add-on tout un tas de figurines de guerrières assez peu armurées ou aux formes avantageuses. Hélas, ma chair est faible et je suis tombé dans le piège…

Boromir et Gandalf : En vrai ils sont à la même échelle.
Une partie des stretch goals : un meugnon chat à lunette et un elfe tout droit sorti de Final Fantasy…
Last but not least : Les pinups en add-on
De la guerrière, version string en cotte de maille ou version plus armurée
Chiara est une pinup en 75 mm obtenue en stretch goal