Maquette : Le bois, c’est fantastique

Maquette de bateau en bois : La Carmen (1850) de Constructo

J’ai acheté il y a maintenant plus de 10 mois cette maquette de bateau en bois, accédant ainsi à un vieux désir de crafteur de réaliser une maquette dans un matériaux noble en coupant, ponçant, modelant le matériau brut (enfin, presque…). Cette petite maquette avait l’avantage de ne pas être trop chère, d’inclure un set d’outils de base, et d’avoir une coque au renflement pas trop prononcé, car c’est la que réside la difficulté des bateaux en bois : La coque !

Pour ce qui est du matériau, j’ai découvert en travaillant le bois, un vrai plaisir du toucher, du travail de la matière, et, malgré la difficulté, la récompense d’un rendu qui, malgré les imperfections d’un premier essai, est très satisfaisant. Le travail est tout de même un peu préparé : les nervures de la coques sont prédécoupés, ce qui fait que le squelette du bateau est tout de même là pour vous guider. Mais après, lorsqu’on commence à coller et clouer les petites bandelettes de bois qui vont constituer la coque, on se sens bien seul !

L’intérieur de la boite. Deux planches prédécoupés pour le squelette et des baguettes, des clous et du tissu.

J’ai certes vu quelques tutos sur internet, mais le faire en vrai est une toute autre histoire. Alors j’ai opté pour la patience. Je faisais bordée, après bordée, en laissant bien sécher entre deux lamelles. De ce fait, j’ai mis presque 10 mois pour finir ma coque. Et encore, il faut préciser que trois outils sont indispensables pour ce faire (et ils ne sont pas dans la boite de base) : une cloueuse (c’est un outil pour enfoncer les ‘mini-clous’ sans les tordre, une dremel (parce que le ponçage à la main c’est très long. Et il y a beaucoup de ponçage à faire), et des pinces et serre-joints (parce qu’il y a toujours un bout de bois qui rebique)…

Ma patience fut payée en retour. Bien que j’ai eu pas mal de difficultés à surmonter, je n’ai jamais abandonné car chaque étape de la construction fut gratifiante, intéressante et riche en apprentissage. Mon but avec cette maquette est d’apprendre, pour me lancer dans des maquettes plus ambitieuses (La Santa Maria ?) à l’avenir…

Après la première couche de vernis

Toujours est-il que je viens de mettre la dernière couche de vernis à la coque. J’ai choisit de la vernir avec un vernis teinté acajou, car, ayant beaucoup de petit défaut de poncage et pas mal de masticage, je craignais qu’un vernis incolore ne laisse transparaître ces défauts. Le résultat avec un vernis teinté est pas parfait, mais il uniformise suffisamment les différentes imperfections pour que le résultat soit potable. Je réserve le verni incolore à la partie supérieure en bois clair qui a moins souffert du passage de la dremel et du mastic.

Après la seconde couche. Ce que j’apprécie, c’est de toujours percevoir la fibre du bois..

J’ai maintenant hâte d’en reprendre pour dix mois et m’attaquer à l’équipement du pont, à la mâture, aux cordages et à la voilures, qui me réserveront certainement pas mal de surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *